Le projet :Patchouli

Depuis l’introduction du projet de PATCHOULI en 2002, RugoFarm S.A a réalisé 5 pépinières dans 4 communes: Rugombo, Mabayi, Mugina et Murwi pour produire 800 000boutures destinaient à l’époque aux 3000 producteurs regroupés en 50 associations communautaires passant d’1ha au début du projet à 53 ha en 2018 dans le block industriel. En 2009, RUGOFARM a procédé à la première distillation de l'huile de patchouli et a produit 14,43litres qui ont augmenté jusqu'à 264litres en décembre 2017.

Grace à sa réponse communautaire dans ses interventions, RUGOFARM a été certifiée par ECOCERT «www.ecocert.com» comme entreprise exerçant le commerce équitable au Burundi. Dans le cadre de ses activités agricoles, particulièrement le patchouli, Rugofarm SA cherche à contribuer à la réduction de la pauvreté (ODD 1), à améliorer la sécurité alimentaire (ODD2), à autonomiser les femmes (ODD 5) et à créer des opportunités pour le travail et le bien-être économique (ODD 8).

À date, le projet patchouli a atteint 3017 agriculteurs, dont 40% femmes et 35%jeunes. D'un point de vue social, les bénéficiaires de ce projet sont à mesure de se payer leurs soins de santé et l’éducation pour leurs enfants, certains se sont construit des maisons modernes et d’autres ont achetés des véhicules. En définitive, le projet patchouli de Rugofarm S.A contribue dans l’amélioration du niveau de vie de sa communauté agricole (ses fournisseurs et bénéficiaires de ce projet).

Dans le cadre du même projet, Rugofarm projette de produire d’ici 2023, 150 tonnes d’huiles de patchouli et fera du Burundi le deuxième exportateur mondial de l’huile essentielle de Patchouli après l’Indonésie ; pour y arriver Rugofarm va procéder par l’extension de ses exploitations dans les provinces de Bubanza et Bujumbura.


Projet PALMIER à Huile



Depuis son introduction chez RUGOFARM, le palmier à huile exploité sur plus de 400 hectares, a été toujours considéré comme plante d’ombrage pour la culture du Patchouli à l’instar du bananiers ; aujourd’hui les tendances changent, et le palmier à huiles est en se transforme progressivement en un projet à part entière avec ses propres produits (huile de palme,noix, fertilisants naturel ; bois de chauffe, etc.) ainsi que du savon et d’autres dérivés d’ici quelques années. RugoFarm a un but de développer le palmier à huile comme une filière entière sous le même model que les autres cultures comme le Patchouli et le Riz ; c’est à dire qu’elle se positionne comme ferme nucléaire au milieu de la chaine de valeurs qui en amont :

  1. fait l’extension de ces plantations de palmiers à huile au Burundi et dans les pays frontaliers.

  2. fournie de l’encadrement pour les nouveaux planteurs au Burundi et les pays frontaliers comme la République Démocratique du Congo;

  3. importe les graines de qualité et établit des pépinières pour produire des plants de qualité

  4. distribue les plants et assure l’encadrement technique aux planteurs

En aval ;
  1. achète toutes les productions de fruit de palmier (drupes)

  2. ambitionne de faire l’extension et la modernisation de son usine d’extraction d’huile de palme afin de pouvoir accueillir ces nouvelles productions

  3. transforme les fruits de palmiers en huile alimentaire de qualité, produire du savon et d’autres produits cosmétiques pour le marché local et régional



PROJET RIZ : RUGO RICE



Avec 300 hectares irrigués qui sont sous culture de riz RUGOFARM dispose d’un vrai potentiel pour le développement d’une filière rizicole rentable. Notre société utilise deux leviers pour maximiser sa production :

Etant donné que la région de Rugombo dispose de plus de 5000 hectares irrigable et propice à la production du riz ; elle est nait de RUGOFARM l’idée de professionnaliser cette chaine de valeur afin d’avoir accès au marché local et sous régional avec des produits de qualité.

RUGOFARM joue le rôle d’un vrai catalyseur pour le développement et l’innovation en installant une unité de décorticage et emballage du riz. Pour assurer une production d’une matière première de qualité RugoFarm a déjà noué des partenariats de recherche sur le riz avec l’IRRI (International RiceResearch Institut), ainsi proposer aux producteurs des semences de qualité et des pratiques culturales modernes.

Dans le même cadre, elle poursuit son programme du système de récépissé d’entrepôt (Warehouse Receipt System) dans ses opérations d’entrepôt. Rugofarm S.A. attend collaborer avec East Africa Grain Council (EAGC) en vue de former le personnel de l’entreprise, à l'opérationnalisation du WRS, qui à son tour formera désormais les petits exploitants à son application.

Dans l’avenir,un projet de réhabilitation de l’installation de stockage à 3000MT et des étages de séchage (3000 mètres carrés) du complexe RUGOFARM sera initier. Ladite installation sera dotée d'équipements modernes de manutention après récolte, notamment des humidimètres, des balances numériques, des palettes et des bâches. Les récolteuses à dénuder seront utilisées pour la récolte du paddy.

Pour cette fin, la société travaillera avec 3000 petits exploitants. Ces agriculteurs recevront une formation sur le système de récépissé d'entrepôt, la gestion après récolte (récolte, séchage et stockage) et les normes harmonisées de l'EAC sur les céréales pour le riz. De ce fait, RUGOFARM achètera le paddy des agriculteurs et le transformera en riz blanc, une nouvelle idée non seulement au Burundi mais aussi dans la région EAC. Le but ultime de l'agrégation est de garantir que les petits exploitants aient accès à des marchés céréaliers structurés.